jeudi, avril 24, 2014

Ecole Internationale de l'Oukaimeden, OISA'14


L’école OISA14 a pour thème : « Météorologie de l’Espace et environnement Soleil-Terre ».
L’école vise à initier les jeunes chercheurs (Master et Doctorat en particulier) aux phénomènes et interactions physico-chimiques de l’environnement Soleil-Terre. Cette école a pour but de faire adhérer nos chercheurs et nos étudiants au programme ISWI «International Space Weather Initiative», d’autant plus que nous abritons à l’Observatoire de l’Oukaimeden une instrumentation dédiée à cette thématique : L’expérience RENOIR «Remote Equatorial Night Time Observatory of the Ionospher Region».
Pour plus d’information, veuillez consulter le site web de l’école à l’adresse : http://www.ucam.ac.ma/marrakechastro/oisa.
Dépliant avec programme:


lundi, mars 31, 2014

OWL-Net : Un nouveau Télescope à l’Observatoire de l’Oukaimeden



Après le succès qu’a connu le Programme MOSS avec la découverte de 4 nouvelle comètes, de 3 Géocroiseurs et de plusieurs nouveaux astéroïdes (voir lien : http://moss-observatory.org), l’Observatoire de l’Oukaimeden est de nouveau sollicité par un programme international de surveillance du ciel, piloté cette fois-ci, par l’Agence Spatiale Coréenne.
La « KASI » (pour Korea Astronomy and Space Science Institute) est un organisme de recherche financé par le gouvernement de Corée du Sud. Elle prévoit de construire un réseau de télescopes à grand champ appelé «OWL-Net» (pour Optical Wide-field Patrol Network), dans les deux hémisphères du globe terrestre,  pour la surveillance en continu du ciel. L'installation de OWL à l'Observatoire de l'Oukaimeden (OUCA), fera du  Maroc l'un des cinq pays hôte de ce système, en plus du prototype installé en Corée.
L'objectif principal du projet OWL est : de suivre et contrôler les satellites et les débris orbitaux ; ainsi que la caractérisation des objets croisant l’orbite de la Terre tel que les astéroïdes et les comètes. L'objectif secondaire du projet est la détection d'objets célestes de toutes sortes.  Le télescope sera aussi dédié à l'étude et la caractérisation d’autres objets astronomiques tels que les étoiles variables, le gaz chaud dans le plan galactique et la rémanence optique des rayons Gamma (Gamma-Ray Bursts : GRB).

Un système OWL se compose d'un télescope à grand champ de 0,5m de diamètre de type Ritchey- Cretien et d’une CCD de 4Kilo pixels avec une échelle de 0,98 secondes d'arc/pixel qui se traduit par 1,54 degrés de champ de vision global sur le ciel.
Chaque système et le réseau dans son ensemble seront contrôlés en mode automatique avec le minimum d’intervention humaine. Ce réseau de télescope sera commandé à distance en semi-automatique.
La construction et la fabrication des télescopes, du dôme , des enceintes , et de l'équipement de contrôle associé sont actuellement en cours , à la suite des opérations de test réussies et du prototype déjà installé sur un banc banc d'essai en 2013.

Le projet vise la construction et l'exploitation de OWL sur le site de l’Oukaimeden pour une période de 5 ans renouvelable, la période d'exploitation globale prévue du projet OWL-Net étant de 20 ans.
Une délégation de la KASI, en visite à l’observatoire de l’Oukaimeden, donnera un séminaire de présentation du projet ce mardi 1 Avril à 10h à la salle des thèses de la Faculté des Sciences Semlalia.




Le Télescope OWL
Le Dôme et l’abri du Télescope

 credit: Korea Astronomy and Space Science Institute, Korea

vendredi, octobre 25, 2013

RENOIR et PICASSO à L'Observatoire de l'Oukaimeden


RENOIR[1] à l’Oukaimeden
 
Illustration des perturbations induite en haute atmosphère par l'activité solaire.
Préambule :
Du 04 au 12 Novembre une équipe de scientifiques américains se déplacera à l’Oukaimeden pour l’installation d’une nouvelle expérience scientifique. Cette opération est le fruit d’une convention de coopération dans le domaine des sciences de l’espace entre l’Observatoire Universitaire Cadi Ayyad et l’Université de l’Illinois.
Cette fois-ci ce sont les perturbations de la haute atmosphère qui constituent le champ d’intérêt scientifique des chercheurs de l’observatoire. Les perturbations en question intéressent aussi bien les astronomes (pour les ondes de gravité en particulier), que les chercheurs dans le domaine des télécommunications (perturbation induite dans l’ionosphère).
Ce programme a vu le jour suite à une rencontre organisée à l'Université Mohamed V les 19 et 20 Novembre 2009 ou il s'est avéré qu'une opportunité immédiate pouvait être saisie pour démarrer une coopération entre l’Observatoire de l’Oukaimeden et l'université de l'Illinois aux Etats Unies, autour de l'expérience RENOIR.
En effet, ladite expérience qui comporte plusieurs instruments de mesure de l'effet induit par l'activité solaire sur le climat spatiale, exige, une bonne qualité du site d'observation. Cette exigence est amplement satisfaite par l'observatoire de l'Oukaimeden.
Une discussion a été initiée, à ce sujet, avec les porteurs de projet côté américain et une équipe de chercheurs identifiée, au sein du Laboratoire Physique des Hautes Energies et Astrophysique, prête à assurer le suivi de cette initiative.

Contexte :
L’Année 2007 fut déclarée « Année Héliophysique Internationale ». Il s’en est suivi une initiative intitulée ISWI[2], l’Initiative internationale sur la météorologie spatiale. Cette opération de coopération internationale dans le domaine spatiale, à pour finalité d’évaluer les résultats scientifiques et techniques récemment obtenus dans le domaine des interactions Soleil-Terre. Dans cette optique plusieurs équipes de chercheurs ont rivalisé dans la mise en œuvre et le  déploiement d’instruments terrestres de météorologie spatiale à faible coût et de couverture mondiale.
Logo de l’Initiative Internationale ISWI

Un Réseau d’Observations Nocturnes distantes des régions Ionosphériques aux latitudes Equatoriales
 
Instrument FPI
Le projet RENOIR a pour objectif d’améliorer la compréhension de la variabilité dans l’ionosphère nocturne et de ses effets sur les systèmes cruciaux de navigation et de communication par satellite. Ce réseau permet d’étudier le système ionosphère/thermosphère aux latitudes basses et équatoriales, sa réponse aux orages ainsi que les irrégularités susceptibles d’apparaître au jour le jour.
Une station RENOIR est composée de:
a) un système d’imagerie ionosphérique à grand champ (PICASSO[3]);
b) deux capteurs interférométriques de Fabry-Pérot miniatures (FPI);
c) un récepteur GPS double fréquence; et
d) un réseau de cinq instruments de surveillance monofréquence de la scintillation de signaux GPS.
Les instruments de surveillance monofréquence permettent de mesurer la dimension, l’orientation et la vitesse des irrégularités. Le récepteur GPS double fréquence mesure le contenu électronique total de l’ionosphère.
Un système d’imagerie plein ciel (PICASSO) adjoint au FPI, mesure deux émissions thermosphère/ionosphère distinctes à partir desquelles la structure et le déplacement bidimensionnels peuvent être observés. Ces observations sont utilisées pour le calcul de la densité et de la hauteur de l’ionosphère. Les capteurs interférométriques de Fabry-Pérot miniatures mesurent les vents et les températures des particules thermosphériques neutres. Ces mesures sont utilisées dans l’analyse de la réponse de la thermosphère aux orages ainsi que de la contribution éventuelle des ondes de gravité aux instabilités équatoriales.
 Pour en savoir plus sur le sujet une journée de formation est programmée le Lundi 11 Novembre à la salle de séminaire du Département de Physique de la faculté des Sciences Semlalia de Marrakech comme suit :
 
Image AllSky du type que donne l'Instrument PICASSO
Séminaire :
«Étudier la météorologie spatiale par l’utilisation d'instruments basés au sol"

Thèmes abordés :
·       Notions de base de la physique des plasmas et application aux études de la haute atmosphère.
·       Echelle-Moyenne déplacement des perturbations ionosphériques.
·       Bulles de plasma équatorial.
·       Structure de marée dans la thermosphère

Références et liens :
-       Rapport sur l’Atelier ONU/NASA/Agence japonaise d’exploration aérospatiale sur l’Initiative internationale sur la météorologie spatiale (Le Caire, 6 au 10 novembre 2010). Rapport complet en PDF (Français)


Benkhaldoun Zouhair
Directeur de l’Observatoire
Universitaire Cadi Ayyad


[1] The Remote Equatorial Nighttime Observatory of Ionospheric Regions

[2] International Space Weather Initiative

[3] Portable Ionospheric Camera and Small-Scal Observatory

Emplacement à l'Observatoire

Emplacement choisi sur le site

Vue montrant les deux dômes de protection des instruments tel que installés en septembre 2013
Vue intérieure des supports des instruments

 


mardi, juillet 02, 2013

Compétences Marocaines en Astronomie et Astrophysique

Contexte :

Un comité National pour l’Astronomie au Maroc (MNCA) vient d’être créer à l’Initiative de l’Université Cadi Ayyad, institution en charge de l’adhésion du Maroc à l’Union Astronomique Internationale (IAU).
Ce comité est chargé, en plus de constituer l’interlocuteur officiel du Maroc auprès de l’IAU, d’œuvrer au développement de l’astronomie au Maroc aussi bien sur les volets recherche scientifique que formation scolaire et universitaire et vulgarisation des sciences de l’univers.
Pour plus d’information concernant le CMNA, prière de consulter les documents suivants :
Pv-resunion-cnam
Lettre à l'IAU
Réglement
Une des premières actions fixée par le comité est de recenser les compétence Marocaines dans le domaine en vu de l’organisation d’une rencontre à l’horizon 2014.
Afin de participer à cette initiative, merci d’instruire le formulaire sur le lien ci-dessous et de bien vouloir le transmettre à tout personne de votre connaissance, marocaine, agissant dans le domaine de l’Astronomie et Astrophysique (Chercheur, formateur, animateur ou autres).

mardi, février 26, 2013

Ecole d’Astrophysique OISA : Appel à Participation


http://www.ucam.ac.ma/marrakechastro/oisa/
Strait of Gibraltar, Solitons
(source : www.lpi.usra.edu)

OISA est une Ecole Thématique  de type école doctorale adoptée par le Conseil de Gestion de l'Observatoire Universitaire Cadi Ayyad, co-organisée avec le Laboratoire de Physique des Hautes Energies et Astrophysique (LPHEA) et leurs partenaires institutionnels et associatifs.

L'école vise à apporter une formation complémentaire aux jeunes chercheurs (Master et Doctorat en particulier) pour approfondir leurs connaissances ou les initier à certaines thématiques de  l'astronomie de l'astrophysique et de la physique théorique.

L'édition 2013 de OISA aura pour thème les petits corps du système solaire. Le choix de cette thématique, déjà envisagée lors de la précédente édition, est conforté par le dynamisme de l'Observatoire de l'Oukaimeden dans la découverte et l'observation d’astéroïdes géocroiseurs et de comètes. L'étude des petits   corps a pour objectif de comprendre la formation et l'évolution de notre système solaire. Cette discipline fédère de nombreux chercheurs qui s'intéressent à la structure et à l'évolution de ces objets, à leur dynamique   dans le système solaire, et enfin aux relations entre les météorites et les corps parents dont ils sont issus. Cette communauté s'est retrouvé récemment au Japon lors de la conférence "Asteroids, Meteors, Comets' (ACM2012) lors de laquelle le Maroc s'est illustré par sa participation à plusieurs contributions.



Inscription :

Les inscription se feront exclusivement en ligne sur le lien suivant :

http://www.ucam.ac.ma/marrakechastro/oisa/inscription.php


Les places étant limités les candidats seront sélectionné en fonction de leurs cursus mais aussi en fonction des contributions qu’ils devront soumettre au moment de leur inscription sur le site web de l’école. Un Résumé de 400 mots maximum est donc exigé pour l’inscription. Les étudiants en doctorats devront présenter leurs travaux de recherche et les étudiants en master devront présenter un poster de préférence en relation avec le thème de l’école.

NASA Hosts Media Teleconference About Black Hole Studies

NASA Hosts Media Teleconference About Black Hole Studies

vendredi, juillet 27, 2012

XXVIII Assemblée Générale de L'Union Astronomique Internationale.


Avec prés de 10000 Adhérents individuels et plus de 60 Pays membres, l'Union Astronomique Internationale (IAU) est l'une des plus grandes société savante de par le monde.
Le Maroc a adhéré à l'IAU par l’intermédiaire du Centre Nationale de Coordination et de Planification de la Recherche Scientifique et Technique (CNRST) en 1988. Depuis 2010 c'est l'Université Cadi Ayyad de Marrakech qui assure l'adhésion du Maroc à l'IAU.
L'assemblée Générale de l'IAU est un événement de première importance pour la communauté des astronomes. Elle a lieu tout les 3 ans et est chargée entre autre d'attribuer les noms officiels aux objets célestes. L'union est constituée de 40 commissions couvrant les différents champs disciplinaires de l'astronomie et de l'astrophysique mondiale.
La 27éme AG de l'IAU à décidé de créer un bureau dédié au développement de l'Astronomie dans les pays ou cette discipline est encore trop peu présente. L'OAD (Office of Astronomy for Development) à vu le jour et est en phase de structuration.
Les travaux de la 28éme Assemblée générale de l'IAU débutent le 21 Aout 2012 à Pékin en Chine. L'université Cadi Ayyad y sera représentée par le Directeur de l'Observatoire Universitaire Cadi Ayyad. Le projet de doter le Maroc d'un télescope de 2M y sera en particulier exposé.
Voir Liens :
Union Astronomique Internationale : http://www.iau.org/
IAU Office of Astronomy for Development : www.astro4dev.org
28éme Assemblée Générale : http://www.astronomy2012.org/dct/page/1

Communications :

Benkhaldoun Zouhair, zouhair@ucam.ac.ma, Oukaimeden Observatory, Cadi Ayyad University, Morocco
Makela Jonathan, jmakela@illinois.edu, Department of Electrical and Computer Engineering University of Illinois
Meriwether John W., meriwether@ces.clemson.edu, Clemson University, Clemson, SC (USA)
Tuesday August 28
Session IV: Regional Development
10:30-10:40 Astronomy development in Serbia in view of the IAU Strategic Plan Olga Atanackovic
10:40-10:50 A project of two meters telescope in North of Africa Zouhair Benkhaldoun
10:50-11:00 In search of a viable IAU OAD Regional Node Okere Bonaventure
11:00-11:10 Strategic Plan of Development of Astronomy in DPRK Sok JONG
11:10-11:20 Armenia as a Regional Centre for ′′Astronomy for Development″activities Areg Mickaelian
11:20-11:30 An exemplary developing astronomy movement in Nepal Sudeep Neupane
11:30-11:40 Astronomy in Mozambique Valerio A.R.M. Ribeiro
11:40-11:50 Developing Astronomy Research and Education in the Philippines R.M.D. Sese
11:50-12:00 A route to follow for the strategic plan in Latin America and the Caribbean Silvia Torres-Peimbert
12:00 Discussion and summary Kevin Govender, George Miley